Gestion des conflits et autorité

9 nov

gestion1

La notion de conflit apparaît à tous les âges de la vie. Les enfants de la classe ont aussi des situations difficiles à gérer.
Plus je vais comprendre la façon dont j’ai pu résoudre des conflits, plus que je vais être amené à mettre en place des stratégies pour gérer les conflits suivants.

Le rôle du PE va être de renforcer le lâche prise et la résolution de conflit.

 

 I)                   La violence à l’école

La violence est une transgression délibérée ou non de la loi, une contrainte de la victime.
Elle appartient surtout à ceux qui n’ont pas les mots pour le dire.  Elle est issue de la mauvaise gestion d’un conflit.

L’agresseur qui violente quelqu’un occulte la sensibilité de sa victime et la transforme en objet.
Le PE doit donc remettre de l’humain dans cette situation afin que l’agresseur remette du lien avec sa victime.

Pour l’enfant, être violent = faire mal par des gestes ou des paroles.

 

Oui les enfants ont le droit de se défendre, mais pas en étant violent à leur tour. Quelles solutions existent à l’école ?

ð  Aller voir le représentant de la loi : le PE

ð  Faire discuter les enfants (conseil d’élèves, débat philo…)

ð  Mettre en place des médiateurs

 

Pourquoi la violence à l’école ?

On ne peut pas ne pas prendre en compte la gestion des conflits à l’école.
La manière dont on règlera les conflits avec les élèves, aura une influence sur leur motivation, la confiance (en eux, en l’école).

Le PE va rechercher des moments où les élèves auront conscience de ce qui se passe et quelques clefs pour gérer les conflits.

gestion3

Toute relation conflictuelle ou non s’appuie sur 3 paramètres :

S’il y a trop de fortes émotions, il est primordial d’écouter et de favoriser l’expression.

S’il y a danger/urgence, il est nécessaire de recadrer ou poser des limites.

Les règles permettent de se sentir en sécurité et de diminuer le niveau de stress ou d’inquiétude à condition de leur donner un sens explicite.

gestion2

La loi : on n’a pas le droit de se taper

Règle : on peut décider de réguler l’accès au ballon pour éviter les conflits (ex : les PS le lundi, les MS le mardi)

 

II)                  Agir = une mission professionnelle

Cf. BO n°17 du 23 avril 2015, Socle commun de compétences, de connaissances et de culture.

Domaine 3 : la formation de la personne et du citoyen

« L’école a une responsabilité particulière dans la formation de l’élève en tant que personne et futur citoyen. »

« Permet à l’élève d’acquérir la capacité à juger par lui-même, en même temps que le sentiment d’appartenance à la société. Ce faisant, elle permet à l’élève de développer dans les situations concrètes de la vie scolaire son aptitude à vivre de manière autonome, à participer activement à l’amélioration de la vie commune. »

« Capacité à juger et agir par soi-même à des connaissances et à la compréhension du sens du droit et de la loi, des règles qui permettent la participation à la vie collective. »

 

ð  Le conflit induit des souffrances
Le conflit naît bien souvent d’un quiproquo, d’un malentendu, d’un manque de communication, d’une incompréhension…
Il renvoie à une relation de tension/d’opposition entre personne.
Il renvoie à la difficulté de trouver une solution acceptable.

Prairat (1997) : « un conflit est un affrontement ou un heurt intentionnel entre deux êtres ou groupes à propos d’un droit et qui, pour maintenir, affirmer ou rétablir ce droit, n’hésitent pas en certaines circonstances à recourir à l’usage de la violence. »

Bayada et coll. (1997) il existe plusieurs types de conflits :

-          De besoins (pour un objet)

-          D’intérêt (mise en jeu de facteurs psychologiques où il est question de pouvoirs et de sentiments = appartenance)

-          De valeurs : projets, ambition, droits

 

ð  Les émotions s’expriment dans le conflit

Le conflit interpersonnel est chargé d’émotion : colère, frustration, peur de perdre (jeu coopératifs), tristesse, rancune, volonté de gagner, découragement…

 

Une émotion est un signal pour attirer l’attention sur un besoin fondamental :

Situation

Besoin

Emotion

Séparation, perte

Lien, amour, amitié, appartenance

Tristesse

Danger, risque

Sécurité

Peur

Agression, frustration, humiliation

Respect, autonomie, liberté, reconnaissance

Colère

Satisfaction, découverte

Partage

Joie

 

Il est important de mettre en valeur toutes les petites réussites de la journée, qu’elles soient individuelles ou collectives.

Ex : c’est bien tu n’as presque pas débordé aujourd’hui

Ex : super, tu es le premier en rang ce matin

Les autres élèves entendront ces compliments et comprendront qu’ils sont autant d’objectifs à atteindre sur la journée et cela peut par conséquent les tirer en avant car ils vont chercher à les atteindre. Ils vont chercher à exister à travers un compliment plutôt qu’à travers un reproche.

Une classe ce n’est pas seulement reprendre les enfants.

 

En cas de crise, le cerveau fonctionne à toute allure, il s’emballe et n’a plus possibilité de prendre du recul.

Ce processus bloque le cerveau cognitif, celui de la pensée, de la logique. Tout stimuli est amplifié.

L’enfant ne fait pas exprès : il est incapable de faire face, il est démuni et ne comprend souvent pas ce qui lui arrive. Il est stressé, il a peur, il culpabilise ; ses idées sont bloquées sur son ressenti.

=> tsunami émotionnel

 

ð  Gérer le conflit = une attitude pédagogique

La gestion des conflits place le PE dans une posture d’autorité éducative qui se développe autour de deux actions :

1)      Bienveillance
Les faits et leurs conséquences doivent être interrogés et non la personne par la stigmatisation ou l’humiliation.

La bienveillance c’est avoir de la considération pour les difficultés de l’autre, sans le dévaloriser.

2)      La référence aux règles

Cette autorité s’appuie sur le cadre et les règles/lois explicites pour questionner les attitudes des élèves.

Lors d’une transgression ce n’est pas le maitre qui est mis en cause mais la loi ou la règle transgressée.

 

ð  Gérer les crises
Le plus grand régulateur de conflit dans une classe, c’est le travail.

Pendant la crise :

  • Isoler les protagonistes
  • Protéger l’enfant/le reste de la classe
  • Prendre du recul, ne pas juger la personne mais l’action
  • Ne pas s’engager dans un dialogue improductif, clarifier les faits en les reformulant
  • Donner un temps de réflexion

 

Pour le PE :

    • Prise de distance
    • Recherche de conseil
    • Formulation d’un projet de sanction
    • Pour l’élève :
      • Dépasser les émotions
      • Réfléchir sur la situation
      • Revenir sur le sujet
      • Synthèse
        • Finale
        • Provisoire (sur un temps donné)
        • Donner le temps
        • Conclure

 

Après la crise :

  • S’entretenir avec l’enfant, l’écouter
  • Poser la sanction ou proposer un acte réparateur
  • Ecrire l’engagement sous forme de contrat        Cf. pédagogie de contrat
  • Faire le point régulièrement

 

Le mot aux parents

Il doit expliquer les circonstances exactes.

Il ne doit pas acculer l’enfant pour ne pas permettre aux parents de croire que leur enfant est nul/méchant/etc.

Il est important aussi de leur communiquer des orientations de remédiation (ex : pourriez-vous en reparler avec lui et revoir l’importance du respect du matériel)

 

ð  Gérer la part de l’individuel et du collectif

 

Classe coopérative

Permet de développer les activités/actions à faire ensemble. On dépasse le « chacun fait de son côté » pour accéder à « on fait ensemble ».

Etape 1 : chacun fait une partie du travail et on met en commun pour finir le travail.

Etapes suivantes : éviter le travail personnel pour leur permettre de faire à plusieurs.

Ex : suivre un plan de construction en géométrie

Un élève dicte et un élève produit : si c’est mal lu on ne peut pas tracer et vice-versa.
Double vérification/compréhension/manipulation

Etape ultime : traiter les exercices sous forme de défi

A chaque groupe dans la classe on donne 10 situations de recherche très diversifiées liées à la même compétence (logique, repérage de données, manipulation, méthodologie de résolution).

Chaque groupe a les mêmes situations.

Solutions : travaillez ensemble, vous avez un temps donné.

A la mise en commun chaque groupe ne pourra présenter que 2 fiches

Objectif : réussir ensemble, se répartir le travail, construire des stratégies pour résoudre les problèmes

 

Quand un enfant est submergé par ses émotions, il ne sert à rien d’essayer de le raisonne. Son cerveau a besoin de temps et de calme pour retrouver sa capacité à dire et entendre.

 

III)               Stratégies de gestion des conflits

ð  Taire les conflits

ð  Les attitudes favorisant la résolution des conflits

ð  Une démarche pour les enfants

ð  Prévenir les conflits

 

Cf. les 5C : Calmer ses sentiments, Communiquer, Chercher des solutions, Choisir la meilleure, Cultiver la paix.

 

Le permis à points

-        N’est-ce pas une usine à gaz pour seulement 5 élèves

-        Est-ce que ça ne va pas être une surcharge pour moi ?

-        Qui donne les mauvais points ? => l’adulte. Cela renvoie l’image de toute-puissance et de dépendance à l’enseignant qui dit si c’est bien ou mal

Ça peut être mis en place sur un temps donné afin de visualiser le cadre et les comportements.

 

 

 

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus